Chiffres clés
Chaque mois, vous trouverez ici les derniers résultats mensuels du marché de l’ameublement, calculés par l’Institut d’Etudes et de Promotion de l’Ameublement.

Au-delà de la conjoncture, vous y trouverez aussi des éléments d’analyse des évolutions du marché. Les liens vous permettront d’aller plus loin encore auprès d’organismes spécialisés.

Evolution du marché (02 décembre 2016)

L’activité se maintient sur le marché du meuble au mois d’octobre avec un petit +1,0% de croissance.

Ce résultat est relativement décevant sur le mois qui pesait le plus en valeur en 2015 (9,4% du CA annuel) après janvier. Mais le bon référentiel enregistré en 2105 ne permettait sans doute pas d’espérer beaucoup mieux sur un marché du meuble qui est maintenant clairement rentré dans une phase de ralentissement de sa croissance après un premier semestre exceptionnel en termes de performances. Sur les quatre derniers mois, le marché enregistre même un recul de 1,4%. Sur dix mois, la croissance demeure toutefois au rendez-vous avec une progression de 2,1% à fin octobre, bien loin toutefois des +4,8% enregistrés à fin juin. Le mois de novembre sur un référentiel 2015 beaucoup plus faible (-0,3%) mais peu propice aux achats de meubles pourra-t-il redresser cette tendance ? Rien n’est moins sûr. 

Source : IPEA

indicateurs insee (26 juillet 2016)

Croissance économique : +0,6% au 1er trimestre 2016

Inflation : +0‚2% en juin 2016

Consommation des ménages en biens : -0,7% en mai 2016

Indice des prix à la consommation (ensemble) : 100,63 en juin 2016  (+0,1% en mensuel et +0,2% annuel)

Indice de référence des loyers commerciaux (ILC) : 108,40 au 1er trimestre 2016

Indice de référence du coût de la construction (ICC) : 1615 au 1er trimestre 2016

Tout le détail de ces indicateurs sur www.insee.fr

2015 : année de la reprise sur le marché du meuble (04 février 2016)

2015 est l’année de la reprise pour le marché du meuble après trois exercices de recul consécutifs (-3,0% en 2012, -2,9% en 2013 et -1,5% en 2014). Le marché du meuble retrouve enfin le chemin de la croissance et voit ses ventes progresser de 2,4% sur l’ensemble de l’exercice pour atteindre les 9,34 milliards d’euros TTC. Le marché reste cependant encore loin de son pic d’activité de 2011 à 9,84 milliards d’euros TTC.

 

Même si ce résultat est encourageant, le chemin sera encore long pour que le marché renoue avec ce niveau de performances. En effet, si la croissance enregistrée sur le dernier exercice permet au marché de progresser de 220 millions d’euros en valeur, cette progression est encore loin de compenser les plus de 700 millions d’euros perdus sur la période 2012-2014. A surface constante, on peut estimer l’évolution du marché à +1,0% en 2015.

 

En 2014, seuls les mois de soldes avaient été générateurs de croissance sur un marché du meuble encore touché par la crise. En 2015, la situation est différente et la croissance se sera montrée plus soutenue tout au long de l’année. C’est néanmoins à partir du mois de juin que la reprise se fait réellement sentir sur le marché, malgré un tassement des ventes en juillet. Les offres de rentrée arrivent à séduire le consommateur et le marché aligne des performances de croissance supérieures à 5% sur la période d’août à octobre. Les résultats du second semestre demeurent donc de bon augure dans l’optique de l’exercice 2016 avec un marché du meuble qui est rentré depuis juin dans une véritable phase de rattrapage des contre-performances des trois exercices précédents. Ces résultats sont d’autant plus encourageants que ce phénomène est commun à de nombreux marchés de l’équipement de la maison et soutenu par un moral des ménages globalement en hausse sur les derniers mois de l’année 2015 et ce, malgré les évènements.

la majorité des produits en croissance (04 février 2016)

Les effets de la reprise sont visibles au niveau des segments de produits et la literie n’est plus le seul segment du meuble en croissance comme ce fut le cas de 2012 à 2014. Elle demeure néanmoins l’un des principaux moteurs du marché avec la cuisine et les canapés, fauteuils et banquettes.

 

  • Peu de changements concernant la literie en 2015. La croissance est toujours au rendez-vous et la crise n’aura eu que peu d’impact sur le segment. Les ventes affichent une progression en valeur de 4,1%. Les spécialistes comme les enseignes de la grande distribution voient leurs ventes progresser sur l’exercice écoulé grâce notamment à une hausse des paniers moyens suite au développement des ventes de literie de 160 cm. Attention toutefois, le segment aura encore été fortement animé par les prix en 2015, ce qui pourrait à terme avoir un impact sur les performances du produit.

 

  • Après trois exercices difficiles, le meuble de cuisine retrouve son rôle de moteur du marché sur l’exercice 2015. Les ventes progressent en valeur de 3,8%. Le marché continue de bénéficier de l'engouement des Français pour la pièce cuisine et son potentiel de développement demeure important. Si en 2014 le segment avait pâti des contre-performances de la grande distribution, les ventes se sont redressées sur ce circuit en 2015 pour renouer avec de belles progressions sur le second semestre. Bons scores également des spécialistes tout au long de l’année qui montrent l’efficacité des enseignes nationales pour doper le marché et inciter le consommateur au renouvellement.

 

  • Le maintien des ventes de meubles rembourrés en 2014, sur un marché en recul de 1,5% était annonciateur d’une reprise à venir, même si cette famille de produit a encore beaucoup de chemin à faire pour recréer de la valeur. Les ventes de canapés, fauteuils et banquettes progressent donc en 2015 de 3,6%, pour la première fois depuis 2011. La grande distribution voit ses ventes progresser, mais cette croissance est à mettre uniquement au crédit des canapés et fauteuils. Les ventes de banquettes sont pour leur part en retrait. La marche en avant reprend sur les canapés et fauteuils chez les spécialistes ameublement milieu et haut de gamme ainsi que chez certains spécialistes salon, qui ont su se rapprocher du consommateur en multipliant les campagnes publicitaires télévisuelles.

 

  • Un début de printemps plutôt ensoleillé aura permis au segment du meuble de jardin d’enregistrer de belles progressions sur le début de la saison estivale, même si les ventes sont rapidement revenues à la normale par la suite. Cela n’empêche toutefois pas le segment d’enregistrer un bon résultat en 2015 à +2,7%.

 

  • Le meuble meublant se place clairement en retrait des autres segments du meuble avec une croissance de ses ventes de seulement 0,4%. Les opérations de communication des principaux acteurs du marché du meuble mettent surtout en avant la literie, le meuble rembourré ou la cuisine au détriment du meublant. Il reste à la profession tout un travail à mener pour mettre en avant toutes les solutions de rangement proposées par les industriels à travers des mises en ambiance et des conseils capables de répondre aux attentes du consommateur. La baisse permanente de la valeur de ce marché du meublant montre que la politique de prix bas ou barrés n’apporte pas de solutions réelles au consommateur.

 

  • Les ventes de meubles de salle de bains reculent à nouveau en 2015 de 4,2% en valeur. Les investissements des consommateurs se portent avant tout sur les pièces à vivre comme le salon, la cuisine voire la chambre avec la literie et le dressing. On remarque bien là le chemin qu’il reste à parcourir aux acteurs de la salle de bains pour développer leur marché et le rendre beaucoup moins dépendant des mises en chantier de logements neufs ou de la rénovation.
les meilleures performances pour la distribution spécialisée (04 février 2016)

L’année 2015 aura été une année de spécialistes et ce sont donc les spécialistes cuisine (+4,8%) et les spécialistes literie (+4,5%) qui enregistrent les meilleurs résultats sur le marché du meuble.

Les spécialistes cuisine poursuivent le travail commencé les années précédentes en restant au plus près du consommateur, afin de continuer à développer un marché de renouvellement pour une cuisine intégrée que les ménages gardent bien trop longtemps en France (23 ans en moyenne contre 15 ans en Europe).

Les spécialistes literie peuvent déjà s’appuyer sur un marché de renouvellement dynamique. Les performances sont encore au rendez-vous en 2015, notamment chez les grandes enseignes nationales. L’exercice aura par contre été plus dur pour les magasins indépendants qui ont encore enregistré de nombreuses fermetures.

Malgré la chute puis la reprise partielle d’un de ses principaux acteurs historiques, la croissance est au rendez-vous en 2015 sur le circuit de la grande distribution ameublement. Les ouvertures ou reprises de magasins auront été nombreuses et auront permis d’entretenir la bonne dynamique du circuit appuyée par les efforts sur la toile.

Les enseignes de l’ameublement milieu haut de gamme profitent de la bonne dynamique du secteur pour renouer à leur tour avec la croissance notamment via de bonnes performances sur les segments literie et rembourré. L’impact des marques ou enseignes sur le haut de gamme fait la différence tandis que l’amélioration de l’assortiment renforce les performances des acteurs du milieu de gamme.

Après des années de recul, la croissance fait également son retour chez les acteurs historiques de la vente à distance. Les bonnes performances sont également au rendez-vous en ce qui concerne les pure-players même si l’activité demeure plus difficile à suivre sur ce segment, les ouvertures et fermetures de sites étant légions.

Pas de changement en 2015 en ce qui concerne les grands magasins où les résultats reculent encore légèrement. L’offre de meubles est réduite à sa portion congrue. Même constat pour les hypermarchés, également en recul, qui préfèrent miser sur leurs sites marchands en ligne pour vendre du mobilier plutôt que sur les points de vente physiques avec des articles souvent gourmands en surface de vente.

perspectives 2016 (04 février 2016)

Les intentions d’achats de meubles des ménages présentent des résultats globalement en hausse pour l’année 2016. Si on peut noter un léger recul quant aux futurs achats de sièges de salon, on peut espérer que le redémarrage du marché de l’immobilier (hausse prévue de 5% des mises en chantier pour 2016) saura relancer les ventes durant l’année à venir notamment en ce qui concerne la banquette, produit d’équipement par excellence. En 2016, comme en 2015, la literie devrait encore être un des moteurs du marché, il en est de même pour la cuisine dont les intentions d’achats restent élevées compte tenu du produit concerné et de sa durée de vie estimée par les ménages. Espérons enfin que les intentions d’achats élevées du segment permettront au meuble meublant de véritablement redémarrer en 2016.

indicateurs sociaux (25 janvier 2016)

Depuis le 1er janvier 2016 :

SMIC
- horaire : 9‚67 € (contre 9,61 en 2015)
- mensuel : 1466,62 € (contre 1457,52 en 2015)
      
SALAIRES MINIMA CONVENTIONNELS

La  grille conventionnelle du 16 avril 2015 est applicable au 1er mai 2015 (grille disponible dans l'espace adhérent).
Groupe 1 : 1468 euros 

MINIMUM GARANTI (MG) : 3,52

PLAFOND SECURITE SOCIALE
- mensuel brut : 3 218 € (contre 3 170 € en 2015)
- annuel brut : 38616 € (contre 38 040 € en 2015)

 

Ressources Internet