Chiffres clés
Chaque mois, vous trouverez ici les derniers résultats mensuels du marché de l’ameublement, calculés par l’Institut d’Etudes et de Promotion de l’Ameublement.

Au-delà de la conjoncture, vous y trouverez aussi des éléments d’analyse des évolutions du marché. Les liens vous permettront d’aller plus loin encore auprès d’organismes spécialisés.

Evolution du marché (02 décembre 2016)

L’activité se maintient sur le marché du meuble au mois d’octobre avec un petit +1,0% de croissance.

Ce résultat est relativement décevant sur le mois qui pesait le plus en valeur en 2015 (9,4% du CA annuel) après janvier. Mais le bon référentiel enregistré en 2105 ne permettait sans doute pas d’espérer beaucoup mieux sur un marché du meuble qui est maintenant clairement rentré dans une phase de ralentissement de sa croissance après un premier semestre exceptionnel en termes de performances. Sur les quatre derniers mois, le marché enregistre même un recul de 1,4%. Sur dix mois, la croissance demeure toutefois au rendez-vous avec une progression de 2,1% à fin octobre, bien loin toutefois des +4,8% enregistrés à fin juin. Le mois de novembre sur un référentiel 2015 beaucoup plus faible (-0,3%) mais peu propice aux achats de meubles pourra-t-il redresser cette tendance ? Rien n’est moins sûr. 

Source : IPEA

indicateurs sociaux (17 février 2017)

A compter du 1er janvier 2017 :

SMIC
- horaire : 9‚76 € (contre 9,67 en 2016)
- mensuel : 1480,27 € (contre 1466,62 en 2016)
      
SALAIRES MINIMA CONVENTIONNELS

La  grille conventionnelle du 31 janvier 2017 est applicable depuis le 1er février 2017 (grille disponible dans l'espace adhérent).

MINIMUM GARANTI (MG) 2017 : 3,54 €

PLAFOND SECURITE SOCIALE 2017
- mensuel brut : 3 269 € (contre 3 218 € en 2016)
- annuel brut : 39 228 € (contre 38 616 € en 2016)

2016 : la croissance se poursuit sur le marché du meuble (13 février 2017)

Après la reprise enregistrée en 2015, le marché du meuble enchaîne avec un deuxième exercice positif pour la première fois depuis 2011. L’activité est ainsi en croissance de 2,3%, soit une progression légèrement inférieure à celle enregistrée lors de l’exercice précédent.

Le marché domestique regagne ainsi près de 220 millions et s’établit à 9,56 milliards d’euros, soit la valeur qui était la sienne en 2012. Le pic d’activité de 2011 à 9,84 milliards d’euros demeure encore loin. Pour atteindre un tel résultat à la fin de l’année 2017, le marché devra trouver les solutions pour redynamiser son activité et développer sa croissance à hauteur d’au moins 3%.

L’année 2016 aura constitué un exercice à deux vitesses pour le secteur du meuble. Le marché a en effet peiné à maintenir ses ventes sur le deuxième semestre après pourtant un premier semestre comme il n’en avait plus connu depuis dix ans.

 

Les soldes d’hiver 2016 avaient donné le tempo du premier semestre avec une croissance de l’activité de 4,9% sur le premier bimestre janvier-février. Le marché enregistrait ensuite des progressions comme il n’en avait plus connu depuis longtemps avec par exemple un +9,3% en avril et un +8,7% en juin. Ces bons résultats se traduisaient alors par une hausse des performances de 4,8% sur le premier semestre, soit la plus forte progression sur 6 mois enregistrée depuis 2007.

Si les résultats du mois de juin laissaient espérer d’une session de soldes à même de continuer à entretenir la dynamique des six premiers mois, les résultats du mois de juillet ont pour leur part mis un frein à la croissance des ventes avant que ces dernières ne s’effondrent totalement en août (-8,3%). Depuis septembre, la croissance aura néanmoins repris sur le marché avec des progressions mensuelles comprises entre 1% et 3%, plus en phase avec les standards du marché du meuble. Le second semestre reste ainsi étal par rapport à 2015 et bien loin des résultats du premier semestre.

des produits en croissance (13 février 2017)

La croissance du marché en 2016 aura été profitable à tous les segments de produits à l’exception du meuble de salle de bains. Sans surprise, c’est encore une fois la literie qui aura été le leader du marché. La cuisine enregistre également de bons résultats, de même que le segment des canapés, fauteuils, banquettes.

 

  • Le segment literie se porte bien en 2016 avec une progression de 5,5%. La croissance est au rendez-vous à la fois chez les enseignes spécialisées comme dans celles de la grande distribution ameublement. Ces dernières auront encore une fois très fortement animé le marché tout au long de l’année sur ce produit. Contrairement à d’autres segments du meuble, le marché de la literie bénéficie d’un fort marché de renouvellement entretenu par une communication qui joue pleinement la carte de l’aspect santé et confort du produit. Les ménages se laissent ainsi plus facilement tenter par des literies de plus grandes tailles ces dernières années, ce qui se ressent sur les paniers moyens. 

 

  • La cuisine joue encore les premiers rôles en 2016 et enregistre une progression de ses ventes de 3,7% sur l’exercice. Cette croissance était toutefois attendue au vu des bons résultats du segment en 2015 alors que le marché de l’immobilier, dans le neuf comme dans l’ancien, se montrait particulièrement atone. La reprise de l’immobilier cette année entretient le retour à la croissance enregistré en 2015, surtout du côté des spécialistes cuisine qui voient leurs résultats s’envoler. La grande distribution n’est pas en reste et voit aussi ses résultats progresser mais toutefois dans des proportions moindres que les spécialistes.

 

  • Progression également du côté du meuble rembourré qui enregistre une croissance de son activité de 1,5%. Comme c’est le cas depuis plusieurs exercices maintenant, on peut encore noter en 2016 une forte disparité de performances entre les canapés/fauteuils et les banquettes. Les ventes de ces dernières sont encore en forte chute sur l’année écoulée alors que la reprise de l’immobilier aurait dû permette un redressement des ventes de ce produit acheté le plus souvent dans une logique d’équipement. Ce segment du meuble rembourré permet également aux enseignes de l’ameublement milieu haut de gamme d’enregistrer de belles performances.

 

  • Même s’il est également en croissance, le segment du meuble meublant se situe en retrait des segments précédents avec une croissance de 1,0% en 2016. Seules quelques enseignes parviennent à se distinguer sur ce segment, notamment parmi les acteurs de la vente en ligne. Sur le marché, les meilleurs résultats sont à aller chercher du côté des meubles de salon/séjour, des meubles de bureau et des meubles pour chambre bébé. Produits dont pourtant se désengagent de nombreuses enseignes, alors que le rayon pourrait être générateur de trafic en magasin, laissant ainsi le champ libre aux pure-players...

 

  • Le meuble de jardin s’affiche lui aussi en légère progression sur l’année qui vient de s’écouler. Le mois de septembre, plutôt chaud et ensoleillé, après un mois d’août caniculaire aura permis d’étirer la saison des ventes de meubles de jardin permettant ainsi au segment de voir son activité progresser de 0,6%.

 

  • L’année 2016 aurait pu être celle de la reprise pour le meuble de salle de bains après un début d’exercice positif. L’activité recule néanmoins légèrement de 0,4%. Le marché de la salle de bains reste le segment du meuble dont l’activité demeure la plus fortement liée à celle de l’immobilier. Le redémarrage de l’activité dans l’immobilier neuf et ancien aura donc permis de manière mécanique de soutenir les ventes, mais les arbitrages des ménages sur cette fin d’année se seront faits au détriment de cette pièce de la maison ou avec un prix de vente encore plus bas. 
la grande distribution gagne encore des parts de marché (13 février 2017)

Les spécialistes cuisine enregistrent les meilleures résultats. Ces derniers bénéficient à la fois de la reprise de l’immobilier et des efforts effectués durant  les exercices précédents afin de développer un marché de renouvellement pour la cuisine intégrée.

 

La grande distribution ameublement continue également de voir ses ventes se développer et de gagner des parts de marché. Deux axes de développement majeurs se dégagent : accroître le maillage du territoire en renforçant une présence en centre-ville et le développement du e-commerce (Ouverture de points de vente, de marketplace, développement du click and collect, etc…). 

 

Si les enseignes de l’ameublement milieu de gamme ont pu profiter de la bonne dynamique du secteur sur le premier semestre, le second s’est pour sa part avéré plus compliqué et la fréquentation aura été en recul. Le circuit parvient toutefois à rester en croissance sur un rythme proche de celui de 2015.

 

En ce qui concerne les autres circuits du marché, la croissance est également au rendez-vous sur le circuit du e-commerce tant chez les acteurs historiques de la vente à distance que chez les pure-players. De nombreux acteurs passent la vitesse supérieure sur le meuble comme le montrent les fortes progressions a deux chiffres affichées par certains. Le meuble semble ainsi maintenant composer un élément important de la stratégie de ces enseignes.

On note d’excellents résultats également pour les spécialistes literie qui jouent la complémentarité par rapport à la grande distribution en essayant de mettre en avant le produit plutôt que le prix.

Les spécialistes salon, en mettant en avant plus régulièrement dans leur communication des prix bas pour pouvoir rivaliser avec la grande distribution, apparaissent pour leur part plus à la peine en terme de valeur créée.

Dans les hypermarchés et les grands magasins, le meuble est plus que jamais un élément minoritaire de la stratégie et son offre continue encore de se réduire. 

indicateurs insee (22 décembre 2016)

Croissance économique : +0,2% au 3ème trimestre 2016

Inflation : +0‚5% en novembre 2016

Consommation des ménages en biens : +0,9% en octobre 2016

Indice des prix à la consommation (ensemble) : 100,35 en novembre 2016  (0% en mensuel et +0,5% annuel)

Indice de référence des loyers commerciaux (ILC) : 108,56 au 3ème trimestre 2016

Indice de référence du coût de la construction (ICC) : 1643 au 3ème trimestre 2016

Tout le détail de ces indicateurs sur www.insee.fr

 

Ressources Internet